Podcasts by Category

C dans l'air

C dans l'air

France Télévisions

Caroline Roux, du lundi au jeudi et Axel de Tarlé les vendredis et samedis rendent compte en direct, en compagnie d’experts, de ce qui fait l’actualité et donnent aux téléspectateurs les clés nécessaires pour la comprendre et l’appréhender dans sa globalité. En fin d’émission, ils répondent aux questions posées par les téléspectateurs par SMS, Internet ou via les réseaux sociaux.

Retrouvez C dans l’air en replay sur france.tv  : http://bit.ly/c-dans-l-air-podcast

1165 - UKRAINE : LES RUSSES PILONNENT... ET AVANCENT – 25/05/22
0:00 / 0:00
1x
  • 1165 - UKRAINE : LES RUSSES PILONNENT... ET AVANCENT – 25/05/22

    UKRAINE : LES RUSSES PILONNENT... ET AVANCENT – 25/05/22 Invités FRANÇOIS CLEMENCEAU Rédacteur en chef international - « Le Journal du Dimanche » ELENA VOLOCHINE Grand reporter - « France 24 » CHRISTINE DUGOIN-CLÉMENT Chercheure en géopolitique - Université Paris 1-Sorbonne Auteure de « Influences et manipulations » JEAN-DOMINIQUE MERCHET Éditorialiste - « l’Opinion » Spécialiste des questions de défense et diplomatie Après trois mois de guerre, les combats continuent de faire rage dans l’est de l’Ukraine, la Russie y intensifiant son offensive contre la dernière poche de résistance de la région de Louhansk où la situation « empire d’heure en heure », d’après les autorités ukrainiennes. De nombreuses villes de l’Est se retrouvent pilonnées de façon incessante, encerclées ou quasiment détruites. « Les bombardements sont de plus en plus intenses » a confié le gouverneur de la région de Louhansk, où les troupes russes ont amélioré leurs positions stratégiques. Selon le président ukrainien, toute la puissance de l’armée de Moscou est mobilisée à l’Est de l’Ukraine, afin de tout détruire. « Il faudra du temps et beaucoup plus d’efforts de la part de notre peuple pour prendre l’avantage en termes de quantité d’équipements et d’armes » a indiqué Volodymyr Zelensky qui a par ailleurs affirmé lors d’une intervention au forum de Davos avoir « besoin du soutien d’une Europe unie ». « Nous aurons l’avantage sur la Russie quand nous serons tous vraiment unis », a-t-il insisté. Du côté de Moscou, de hauts responsables russes ont admis que le conflit qui tend désormais vers une guerre de tranchées allait durer. Une guerre de plus en plus comparée par nombre d’experts à la Première guerre mondiale du fait du rôle primordial aujourd’hui de l’artillerie pour préserver les positions et empêcher l’approvisionnement des troupes adverses. Les États-Unis ont fourni aux Ukrainiens des canons M777, et la France n’est pas en reste puisqu’elle a livré les Ceasars. Cet obusier qui est déjà utilisé actuellement dans le pays permet de viser toutes sortes d’objectifs militaires avec une très longue portée. Néanmoins malgré des pertes importantes, la Russie conserve, grâce à son artillerie, une puissance de feu supérieure qui permet à ses unités de grignoter du terrain. Une situation sur le front scrutée par les Etats-majors étrangers car riche de nombreux enseignements militaires sur les caractéristiques d’un conflit moderne de haute intensité. Et qui pousse certains pays comme l’Allemagne et le Japon à se réarmer. A Berlin comme à Tokyo, les budgets militaires enflent à vue d'œil et la guerre en Ukraine pourrait propulser les deux pays pacifistes depuis la fin de la Seconde guerre mondiale aux 3e et 4e rangs des puissances militaires, derrière les États-Unis et la Chine. Alors quelle est la situation dans le Donbass ? La Russie est-elle en train de prendre la main ? Pourquoi le rôle de l’artillerie est-il primordial ? Quels sont les enseignements tirés du conflit par les Etats-majors étrangers ? Quelle est désormais la politique de défense de l’Allemagne et du Japon ? DIFFUSION : du lundi au samedi à 17h45 FORMAT : 65 minutes PRÉSENTATION : Caroline Roux - Axel de Tarlé REDIFFUSION : du lundi au vendredi vers 23h40 RÉALISATION : Nicolas Ferraro, Bruno Piney, Franck Broqua, Alexandre Langeard, Corentin Son PRODUCTION : France Télévisions / Maximal Productions Retrouvez C DANS L’AIR sur internet & les réseaux : INTERNET : francetv.fr FACEBOOK : https://www.facebook.com/Cdanslairf5 TWITTER : https://twitter.com/cdanslair INSTAGRAM : https://www.instagram.com/cdanslair/

    Wed, 25 May 2022 - 1h 04min
  • 1164 - AFGHANISTAN : LES TALIBANS, LA BURQA ET LA TERREUR – 24/05/22

    AFGHANISTAN : LES TALIBANS, LA BURQA ET LA TERREUR – 24/05/22 Invités PASCAL BONIFACE Directeur de l’IRIS Institut de Relations Internationales et Stratégiques DAVID MARTINON Ambassadeur de France en Afghanistan Auteur de « Les 15 jours qui ont fait basculer Kaboul » MARGAUX BENN Grand Reporter - « Le Figaro » Coauteure du documentaire « Afghanistan : vivre en pays taliban » MARC HECKER Directeur de recherche à l’IFRI Institut Français des Relations Internationales À leur retour au pouvoir à Kaboul en août dernier après le retrait des troupes américaines, les talibans ont promis un régime plus souple que lors de leur premier règne entre 1996 et 2001. Mais ils ont rapidement renié leurs promesses, érodant à nouveau progressivement les droits et balayant deux décennies de liberté conquise par les femmes afghanes. Les jeunes femmes éduquées et connectées de Kaboul, qui ont grandi pendant vingt ans avec le droit d’étudier, de se maquiller, de faire du sport ou de travailler, se sont vues brutalement isolées. Un voile sombre est tombé sur leur existence. Celles-ci sont désormais largement exclues des emplois publics et il leur est interdit de voyager à l'étranger ou sur une longue distance dans le pays sans être accompagnées d'un membre masculin de leur famille. En mars, les Taliban ont fait refermer aux filles les lycées et collèges, quelques heures à peine après leur réouverture, annoncée de longue date, et le voile intégral est redevenu obligatoire pour les femmes dans l'espace public depuis le 7 mai. Les talibans ont précisé que leur préférence allait à la burqa, ce voile intégral le plus souvent bleu et grillagé au niveau des yeux, mais que d’autres types de voile ne laissant apparaître que les yeux seraient tolérés. Ils ont aussi estimé qu’à moins que les femmes n’aient de raison pressante de sortir, il était « mieux pour elles de rester à la maison ». Symbole de cet immense pas en arrière : les présentatrices des principales chaînes de télévision afghanes sont passées à l'antenne dimanche en se couvrant le visage, un jour après avoir défié l'ordre des talibans de dissimuler leur apparence. Certaines activistes qui militent pour le droit des femmes continuent toutefois à faire savoir qu’elles refusent cette mesure. Mais elles déplorent également le manque de soutien de la communauté internationale. Lors d’une rencontre samedi avec le chef de la diplomatie du gouvernement afghan, l’envoyé spécial des Etats-Unis a rappelé l’opposition de la communauté internationale aux restrictions sévères imposées aux femmes. Il a également évoqué avec lui la stabilisation de l’économie afghane et les risques d’attentat. Car l'Afghanistan ne maltraite pas que les femmes mais son peuple tout entier. Alors que les attaques terroristes se multiplient et l'aide internationale n'est plus acheminée, le pays a basculé dans la pauvreté et même dans la famine. Affamées, endettées, des familles ont recours à la vente d'un enfant pour survivre. Un phénomène qui aurait tendance à s’intensifier au fil des mois, depuis le retour de Talibans à Kaboul en aout dernier. A l’époque les Etats-Unis avaient précipité leur départ du pays, souhaitant consolider leur présence dans la zone Asie-Pacifique et offrir une alternative à la Chine, de plus en plus influente dans la région. Dans ce but, Joe Biden a d’ailleurs annoncé lundi le lancement d'un nouveau partenariat économique avec douze pays, dont le Japon, mais sans l’empire du Milieu. Il a également réitéré l’engagement américain à défendre Taïwan en cas d’agression chinoise. Toutefois un conseiller de la Maison Blanche a rapidement précisé qu’il ne s’agissait pas là d’un abandon de ce que l’on appelle la doctrine de « l'ambiguïté stratégique ». Washington ne reconnaît diplomatiquement que la seule République populaire de Chine, mais s'engage par ailleurs à fournir à Taïwan l'aide militaire nécessaire -mais pas de troupes américaines - pour se défendre en cas d'invasion décidée par Pékin. Depuis plusieurs décennies, cette ambiguïté est maintenue. DIFFUSION : du lundi au samedi à 17h45 FORMAT : 65 minutes PRÉSENTATION : Caroline Roux - Axel de Tarlé REDIFFUSION : du lundi au vendredi vers 23h40 RÉALISATION : Nicolas Ferraro, Bruno Piney, Franck Broqua, Alexandre Langeard, Corentin Son PRODUCTION : France Télévisions / Maximal Productions Retrouvez C DANS L’AIR sur internet & les réseaux : INTERNET : francetv.fr FACEBOOK : https://www.facebook.com/Cdanslairf5 TWITTER : https://twitter.com/cdanslair INSTAGRAM : https://www.instagram.com/cdanslair/

    Tue, 24 May 2022 - 1h 06min
  • 1163 - GOUVERNEMENT BORNE : 3 JOURS, 2 POLÉMIQUES... – 23/05/2022

    Gouvernement Borne : 3 jours, 2 polémiques... LES INVITÉ.ES : - Yves THRÉARD - Éditorialiste et directeur adjoint de la rédaction « Le Figaro » - Jérôme FOURQUET - Directeur département Opinion - Institut de sondages IFOP, auteur de « La France sous nos yeux » - Caroline MICHEL-AGUIRRE - Grand reporter au service politique – « L’Obs » - Soazig QUÉMÉNER - Rédactrice en chef du service politique – « Marianne » Les 27 ministres nommés vendredi avait rendez-vous ce lundi autour de la Première d’entre eux, Elisabeth Borne, à l’Elysée, pour recevoir leur feuille de route. Un premier Conseil des ministres placé par Emmanuel Macron sous le signe du « progrès » et « d’une action nouvelle sur le fond et la forme » à « l'aune de défis nouveaux ». Le chef de l’Etat qui a mis en avant « un gouvernement pour agir, rassembler notre pays, un gouvernement qui lui ressemble » a notamment insisté sur trois priorités : la santé, l'éducation et l'écologie. Et sur une urgence, le pouvoir d'achat sur fond d’inflation qui grève le budget des Français. Le premier projet de loi « Pouvoir d'achat » devrait d’ailleurs être adopté en Conseil des ministres avant le premier tour des législatives. « C'est une question de semaines » a expliqué un peu après Olivia Grégoire, la nouvelle porte-parole du gouvernement. Mais ce premier Conseil des ministres était surtout perturbé par l’Affaire Abad. Le site d’informations Médiapart a révélé samedi que le nouveau ministre des Solidarités, ex-patron des députés LR, est accusé par deux femmes de viols commis en 2010 et 2011. Des faits, contestés par Damien Abad, qui ont fait l’objet d’un signalement auprès des instances de LREM et de LR. Sans que cela remette en question la décision de la nommer dans la nouvelle équipe d’Elisabeth borne. Ses anciens partenaires chez LR s’en étonnent et les appels à la démission se multiplient depuis 24 heures. Pressée de s’expliquer, la Première ministre a assuré dimanche qu’elle n’était « pas au courant » des accusations de viols visant Damien Abad et a promis de tirer « toutes les conséquences » en cas de « nouveaux éléments ». La porte-parole du gouvernement a également rappelé ce lundi la ligne du chef de l’Etat : « tolérance zéro pour les délinquants sexuels, respect, écoute totale pour toutes les victimes présumées (…) Et l’établissement de la vérité, c’est à la justice de le faire » a-t-elle affirmé alors que le parquet de Paris a déjà classé sans suite deux plaintes en 2012 et en 2017 de l'une des plaignantes. Mais cette dernière estime sur franceinfo qu’il y a eu « des manquements » dans l'enquête, et les critiques fusent depuis ce week-end. Autre nouveau ministre à être particulièrement scruté ce lundi : Pap Ndiaye. La nomination de l’historien à l’Education nationale, interprétée comme une rupture avec l’ère Blanquer, a suscité ces derniers jours de vives réactions essentiellement à l’extrême droite. Lors de sa première prise de parole après l’annonce de son gouvernement, la Première ministre Élisabeth Borne avait dû montée au créneau, vendredi au journal de 20 heures de TF1. « C’est parfaitement caricatural, ce qui ne m’étonne pas de la part des personnes que vous avez mentionnées », avait-t-elle déclaré en référence aux propos de Marine Le Pen et Éric Zemmour. « Pap Ndiaye est un républicain très engagé, quelqu’un qui croit aux valeurs de la République et c’est bien évidemment ce qu’il va porter en tant que ministre de l’Education nationale », avait-t-elle plaidé. Quelle est la feuille de route du gouvernement Borne ? Au-delà de la question judiciaire, la nouvelle équipe tout juste nommée peut-elle se permettre de conserver Damien Abad en son sein, et donc de gérer cette affaire en pleine bataille des législatives ? Enfin quelles sont les positions de Pap Ndiaye ? DIFFUSION : du lundi au samedi à 17h45 FORMAT : 65 minutes PRÉSENTATION : Caroline Roux - Axel de Tarlé REDIFFUSION : du lundi au vendredi vers 23h40 RÉALISATION : Nicolas Ferraro, Bruno Piney, Franck Broqua, Alexandre Langeard, Corentin Son PRODUCTION : France Télévisions / Maximal Productions Retrouvez C DANS L’AIR sur internet & les réseaux : INTERNET : francetv.fr FACEBOOK : https://www.facebook.com/Cdanslairf5 TWITTER : https://twitter.com/cdanslair INSTAGRAM : https://www.instagram.com/cdanslair/

    Mon, 23 May 2022 - 1h 04min
  • 1162 - MACRON 2 : NOUVELLE ÉQUIPE... NOUVEAUX DÉFIS – 21/05/22

    Macron 2 : nouvelle équipe... nouveaux défis LES INVITÉ.ES : - Bruno JEUDY - Rédacteur en chef du service politique - « Paris Match » - Nathalie MAURET - Journaliste politique - Groupe de presse régionale « Ebra » - Fanny GUINOCHET - Éditorialiste - « France Info » et « La Tribune » - Spécialiste des questions économiques et sociales - BERNARD SANANÈS - Politologue – Président de l’Institut de sondages Elabe Elle est enfin dévoilée. Près d'un mois après la réélection d'Emmanuel Macron, la nouvelle équipe gouvernementale a été annoncée hier après-midi sur le perron de l'Elysée par Alexis Kohler, secrétaire général du Palais. Une liste de 27 ministres et secrétaires d'Etat qui constituera donc le premier gouvernement d'Elisabeth Borne. Parmi les noms cités, plus de la moitié officiaient déjà sous Jean Castex, certains restant au même poste comme Bruno Le Maire à l'économie, Gérald Darmanin à l'Intérieur ou Eric Dupont-Moretti à la Justice. D'autres sont reconduits mais changent de portefeuille, comme Gabriel Attal qui passe de Porte-parole du gouvernement à Ministre du budget. Peu de surprises donc dans ce nouveau gouvernement qui a des airs de simple remaniement. Un nouvel entrant a cependant attiré l'attention : Pap Ndiaye, qui remplace Jean-Michel Blanquer au ministère de l'Education nationale. Cet historien des minorités et directeur du musée de l'Histoire de l'immigration de Paris est une prise importante pour Emmanuel Macron. Apprécié et salué à gauche pour son parcours et ses valeurs, il est l'antithèse parfaite de son prédécesseur. Mais Ndiaye est aussi décrié à l'extrême-droite, qualifié de « militant racialiste » hier par Jordan Bardella, patron du Rassemblement national. Elisabeth Borne, surnommée la « dame du faire », devra donc conduire cette nouvelle équipe pour mener à bien les réformes promises par le chef de l'Etat. Celle des retraites notamment, sans doute la plus périlleuse. Décrite comme à l'écoute, la nouvelle Première ministre s'était cependant montré intransigeante lors de son passage à la RATP comme aux ministères des Transports ou du Travail, négociant pied à pied avec les partenaires sociaux. L'écologie devrait aussi être au cœur de ses priorités. Elle sera entourée d'Amélie de Montchalain à la transition écologique et d'Agnès Pannier-Runacher à la transition énergétique. Sur le plan énergétique justement, le chef de l'Etat veut faire renaître le nucléaire français en voulant construire 14 réacteurs EPR. Mais ces réacteurs de nouvelle génération tardent à sortir de terre, les chantiers accumulant retards sur retards depuis des années. Il y a quelques jours encore, EDF a annoncé que son chantier à Hinkley Point, en Angleterre, accuserait un nouveau retard d'un an, engendrant des coûts supplémentaires d'au moins 3 milliards de livres. Alors, pourquoi Emmanuel Macron a-t-il choisi la continuité à la rupture ? Comment comprendre la nomination de Pap Ndiaye au ministère de l'Education nationale ? Elisabeth Borne sera-t-elle une redoutable cheffe de gouvernement ? Les projets d'EPR s'apparentent-ils à un interminable fiasco ? DIFFUSION : du lundi au samedi à 17h45 FORMAT : 65 minutes PRÉSENTATION : Caroline Roux - Axel de Tarlé REDIFFUSION : du lundi au vendredi vers 23h40 RÉALISATION : Nicolas Ferraro, Bruno Piney, Franck Broqua, Alexandre Langeard, Corentin Son PRODUCTION : France Télévisions / Maximal Productions Retrouvez C DANS L’AIR sur internet & les réseaux : INTERNET : francetv.fr FACEBOOK : https://www.facebook.com/Cdanslairf5 TWITTER : https://twitter.com/cdanslair INSTAGRAM : https://www.instagram.com/cdanslair/

    Sat, 21 May 2022 - 1h 05min
  • 1161 - MACRON 2 : LES RECONDUITS... ET LES SURPRISES ? – 20/05/22

    MACRON 2 : LES RECONDUITS... ET LES SURPRISES ? – 20/05/22 Invités YVES THRÉARD Éditorialiste et directeur adjoint de la rédaction « Le Figaro » CAROLINE MICHEL-AGUIRRE Grand reporter au service politique « L’Obs » EVE ROGER Directrice adjointe de la rédaction « Le Parisien – Aujourd’hui en France » PASCAL PERRINEAU Politologue - Professeur des universités à Sciences Po Auteur de « Le populisme » Quatre jours après la nomination d'Élisabeth Borne à Matignon et presque un mois après la réélection d’Emmanuel Macron à la présidence de la République, la composition de la nouvelle équipe gouvernementale est annoncée ce vendredi après-midi depuis le perron de l’Elysée. Plusieurs membres du gouvernement sont reconduits. Ainsi Bruno Le Maire reste à l’Economie, Gérald Darmanin demeure Place Beauvau et Eric Dupont-Moretti place Vendôme. Sébastien Lecornu est promu ministre des Armées, Brigitte Bourguignon ministre de la Santé, Olivier Dussopt ministre du Travail, Olivia Grégoire devient porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal sera chargé des Comptes publics, Amélie de Montchalin de la Transition écologique, Agnès Pannier-Runacher de la Transition énergétique et Marc Fesneau à l’Agriculture. Enfin d’autres font leur entrée : Stanislas Guerini récupère le ministère de la Fonction publique, l’ancienne ministre de Jacques Chirac Catherine Colonna le Quai d’Orsay, l’ex-président du groupe LR à l’Assemblée Damien Abad les Solidarités et l’historien Pap Ndiaye va remplacer Jean-Michel Blanquer à l’Education nationale. Le week-end sera donc rythmé par les passations de pouvoir dans les ministères, avant un premier Conseil des ministres prévu ce lundi. Le gouvernement sera alors soumis à un devoir de réserve le temps de la campagne électorale des législatives, et quelque part en période d’essai. Car pour rester après le 19 juin, il faudra pour chaque ministre sans doute gagner dans sa circonscription. Le début d’une campagne éclair voulue par l’exécutif alors qu’à gauche la Nouvelle union populaire écologique et sociale (Nupes) vient de dévoiler son « programme partagé » de gouvernement. Avec une ambition clairement affichée : convaincre pour imposer une cohabitation à Emmanuel Macron après avoir remporté une majorité à l’Assemblée nationale à l’issue des élections des 12 et 19 juin prochains. Pour cela, la Nupes a détaillé jeudi, quinze jours après sa naissance, un programme commun riche de 8 chapitres et 650 mesures, dont les plus emblématiques : salaire minimum à 1 500 euros net, nationalisation des aéroports, des autoroutes, d’EDF et d’Engie, retraite à 60 ans à taux plein avec 40 annuités de cotisation, passage aux 32 heures hebdomadaires pour les métiers pénibles, blocage des prix de produits de première nécessité, revalorisation des retraites, « en finir avec les pesticides », rétablir un ISF incluant un volet climatique, recruter 100.000 soignants pour l’hôpital public, avènement d’une VIe République, référendum d’initiative citoyenne… 33 « nuances » ou divergences qui subsistent sont également indiquées, notamment sur le nucléaire, l'Otan ou l'Europe. Pas de quoi néanmoins convaincre les opposants socialistes à l’alliance menée par LFI qui ont commencé à se structurer lors d’une première réunion de coordination. Objectif : accompagner les candidats PS qui entendent se présenter face à des candidats Nupes aux législatives, comme c’est le cas notamment dans l’Hérault. Chez LREM – ou plutôt Renaissance, le nouveau nom du parti – on connaît aussi quelques dissidences, même si la majorité présidentielle a réussi à dégoupiller les plus gros risques, grâce à l’accord avec Horizons, le parti d’Edouard Philippe, et le Modem. Quant à l’extrême droite, le Rassemblement national a décidé de présenter des candidats dans presque toutes les circonscriptions, sans accord avec le parti Reconquête d’Éric Zemmour qui est lui-même candidat dans le Var. DIFFUSION : du lundi au samedi à 17h45 FORMAT : 65 minutes PRÉSENTATION : Caroline Roux - Axel de Tarlé REDIFFUSION : du lundi au vendredi vers 23h40 RÉALISATION : Nicolas Ferraro, Bruno Piney, Franck Broqua, Alexandre Langeard, Corentin Son PRODUCTION : France Télévisions / Maximal Productions Retrouvez C DANS L’AIR sur internet & les réseaux : INTERNET : francetv.fr FACEBOOK : https://www.facebook.com/Cdanslairf5 TWITTER : https://twitter.com/cdanslair INSTAGRAM : https://www.instagram.com/cdanslair/

    Fri, 20 May 2022 - 1h 05min