Nach Genre filtern

C dans l'air

C dans l'air

France Télévisions

Caroline Roux, du lundi au jeudi et Axel de Tarlé les vendredis et samedis rendent compte en direct, en compagnie d’experts, de ce qui fait l’actualité et donnent aux téléspectateurs les clés nécessaires pour la comprendre et l’appréhender dans sa globalité. En fin d’émission, ils répondent aux questions posées par les téléspectateurs par SMS, Internet ou via les réseaux sociaux.

Retrouvez C dans l’air en replay sur france.tv  : http://bit.ly/c-dans-l-air-podcast

Et en podcast sur toutes les plateformes :  https://audmns.com/EUDBMds 

3094 - Matignon : la gauche s'entend, Macron esquive - Vos questions sms -
0:00 / 0:00
1x
  • 3094 - Matignon : la gauche s'entend, Macron esquive - Vos questions sms -

    🎙️ Retrouvez C dans l'air en podcast sur toutes les plateformes d'écoute : https://audmns.com/EUDBMds C dans l'air du 24 juillet - Matignon : la gauche s'entend, Macron esquive Les experts : - SOAZIG QUÉMÉNER - Rédactrice en chef - « La Tribune Dimanche » - ALEXANDRA SCHWARTZBROD - Directrice - adjointe de la rédaction - « Libération » - OLIVIER BEAUMONT - Grand reporter au service politique - « Le Parisien - Aujourd’hui en France » - BERNARD SANANÈS - Politologue - Président de l’Institut de sondage Elabe

    Wed, 24 Jul 2024 - 07min
  • 3093 - Matignon : la gauche s'entend, Macron esquive - L'intégrale -

    🎙️ Retrouvez C dans l'air en podcast sur toutes les plateformes d'écoute : https://audmns.com/EUDBMds C dans l'air du 24 juillet - Matignon : la gauche s'entend, Macron esquive "Fumée blanche". Les dirigeants du Nouveau Front Populaire (NFP), arrivé en tête des élections législatives, ont annoncé hier avoir enfin trouvé un nom pour Matignon. Après plus de deux semaines de négociations, les partis membres de l'alliance de gauche se sont entendus sur la candidature de Lucie Castets au poste de Premier ministre. Personnalité issue de la société civile, inconnue jusque-là, cette haut-fonctionnaire de 37 ans a été propulsée sur le devant de la scène politique. Economiste, directrice des finances de la ville de Paris, Lucie Castets est aussi co-fondatrice et porte-parole du collectif "Nos services publics". Profil technique et militant, elle a assuré avoir "l'abrogation de la réforme des retraites" et la "fin de la régression des services publics" comme boussole afin de faire reculer l'extrême droite. Interrogé dès hier soir lors d'une interview sur France 2, Emmanuel Macron a balayé cette hypothèse d'un revers de la main. Le président de la République a estimé que le NFP n'avait "pas de majorité quelle qu'elle soit". Cette décision provoque la colère dans les rangs de la gauche. Les chefs de parti du NFP et leur candidate pour Matignon, se succèdent dans les médias depuis ce matin pour protester contre la position du chef de l'État. "On dirait mon fils de cinq ans quand il triche au Monopoly Junior !" a tancé la cheffe de file des écologistes Marine Tondelier. Le coordinateur de LFI Manuel Bompard a lui "l’impression d’avoir affaire à une sorte de forcené qui est retranché à l’Élysée". Emmanuel Macron essaie de rester, autant qu'il le peut, maître des horloges et prévient : la nomination d'un nouveau gouvernement n'interviendra pas avant les Jeux Olympiques. A droite aussi, les lignes bougent. Laurent Wauquiez et Bruno Retailleau, chefs de file de la Droite républicaine (DR, ex-Les Républicains) à l'Assemblée nationale et au Sénat, ont présenté lundi un "pacte législatif d’urgence" pour "empêcher le blocage du pays". Ce projet de redressement consiste en treize lois, sur lesquelles la droite est "prête à s’engager" si le prochain gouvernement s’en empare. Cela comprend notamment la lutte contre "les abus" d'aides sociales et "l’immigration incontrôlée". Il n'est en revanche pas du tout question d'une coalition gouvernementale : "Nous sommes indépendants et nous le resterons", a martelé Laurent Wauquiez, qui refuse de "signer un chèque en blanc". Éric Ciotti, président contesté du parti LR depuis son alliance avec le Rassemblement national, a quant à lui exprimé sa volonté d’organiser un vote des adhérents pour "trancher la ligne". Dans un courrier envoyé lundi, il a appelé à choisir entre "l'intégration des LR dans le camp macroniste" ou "l'alliance des droites dans l'indépendance⁠". A l'extrême-droite, le Rassemblement national est dans une mauvaise passe. Jordan Bardella enchaîne les revers. Après l'échec du "Plan Matignon" lors des élections législatives, il n'est pas parvenu à obtenir de poste à a Commission européenne. Le cordon sanitaire a également fonctionné à l'Assemblée nationale. De plus, la connaissance du public de son dîner chez le présentateur vedette Cyril Hanouna écorne l'image antisystème dont il cherche à se prévaloir. Macron acceptera-t-il que Lucie Castets, soutenue par le Nouveau Front Populaire, s'installe à Matignon ? Le pacte proposé par le LR Wauquiez peut-il permettre au parti présidentiel de continuer à gouverner ? A quel point Jordan Bardella sort-il affaibli de ses échecs aux législatives et au Parlement européen ? Les experts : - SOAZIG QUÉMÉNER - Rédactrice en chef - « La Tribune Dimanche » - ALEXANDRA SCHWARTZBROD - Directrice - adjointe de la rédaction - « Libération » - OLIVIER BEAUMONT - Grand reporter au service politique - « Le Parisien - Aujourd’hui en France » - BERNARD SANANÈS - Politologue - Président de l’Institut de sondage Elabe DIFFUSION : du lundi au samedi à 17h45 FORMAT : 65 minutes PRÉSENTATION : Caroline Roux - Axel de Tarlé - REDIFFUSION : du lundi au vendredi vers 23h40 PRODUCTION DES PODCASTS: Jean-Christophe Thiéfine RÉALISATION : Nicolas Ferraro, Bruno Piney, Franck Broqua, Alexandre Langeard, Corentin Son, Benoît Lemoine PRODUCTION : France Télévisions / Maximal Productions Retrouvez C DANS L’AIR sur internet & les réseaux : INTERNET : francetv.fr FACEBOOK : https://www.facebook.com/Cdanslairf5 TWITTER : https://twitter.com/cdanslair INSTAGRAM : https://www.instagram.com/cdanslair/

    Wed, 24 Jul 2024 - 1h 07min
  • 3092 - JO : la tension monte - Vos questions sms -

    🎙️ Retrouvez C dans l'air en podcast sur toutes les plateformes d'écoute : https://audmns.com/EUDBMds C dans l'air du 23 juillet - JO : la tension monte Les experts : - YVES THRÉARD - Éditorialiste, directeur adjoint de la rédaction - « Le Figaro » - PIERRE RONDEAU - Économiste du sport - Codirecteur de l’Observatoire du sport - Fondation Jean Jaurès - AUDREY GOUTARD - Grand reporter - France Télévisions - Spécialiste des faits de société - SANDRA HOIBIAN - Directrice générale du CRÉDOC

    Tue, 23 Jul 2024 - 08min
  • 3091 - JO : la tension monte - L'intégrale -

    🎙️ Retrouvez C dans l'air en podcast sur toutes les plateformes d'écoute : https://audmns.com/EUDBMds C dans l'air du 23 juillet - JO : la tension monte A trois jours de la cérémonie d'ouverture des Jeux Olympiques de Paris, la sécurité est au centre de toutes les attentions de l'appareil d'Etat. "Rien ne doit pouvoir nous échapper", a affirmé le Premier ministre Gabriel Attal ce matin. Le locataire de Matignon a également tenu à rappeler l’interdiction de faire voler des drones près des sites des Jeux olympiques, indiquant que depuis une dizaine de jours, les forces de l’ordre interceptent en moyenne six drones quotidiennement. "Nous sommes prêts", assurait quant à lui Emmanuel Macron hier, saluant le dispositif de sécurité. Hier également, Gérald Darmanin adressait une lettre manuscrite à tous les policiers, gendarmes, sapeurs-pompiers, agents de préfectures ainsi qu'aux secours. "Les yeux du monde seront fixés sur vous. Votre tâche ne sera pas facile", a-t-il déclaré. Le ministre de l'Intérieur a aussi demandé à tous les agents de son ministère de "présenter le plus beau visage de la France". Alors que la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques approche à grands pas, les rues de Paris sont déjà métamorphosées, afin d'assurer la sécurité des participants et des spectateurs tout au long de l'événement. Ce sont ainsi plus de 44 000 barrières qui ont été installées sur les trottoirs de la capitale. Entre ces barrières et les QR codes, sésame d'accès aux zones olympiques, le désarroi s'empare des commerçants parisiens. C'est que le durcissement des dispositifs de sécurité dans certains quartiers centraux de la capitale dissuade touristes et locaux de s’y rendre. La situation s'est donc brutalement dégradée. Certains voit leur chiffre d'affaire fondre de 30% à 70%. Les hôteliers et les restaurateurs, font particulièrement grise mine. Leurs établissements sont en effet loin de faire le plein. La plupart étaient en ordre de bataille, espérant profiter de la manne touristique offerte par les JO, mais l'heure est au désenchantement. Une équipe de C dans l'air est allé en rencontré plusieurs. Entre grande difficulté et petites astuces pour attirer la clientèle, ils vivent tous la peur de ne pas voir arriver de clients. Parallèlement à la mise en place du dispositif de sécurité, les autorités accélèrent le démantèlement, dans et autour de Paris, de campements illégaux très majoritairement peuplés de migrants. Ces évacuations ont rapidement interpellé les acteurs qui viennent en aide aux personnes en situation de précarité. Au point que de nombreuses associations dénoncent aujourd'hui un "sprint final du nettoyage social" en cours dans les rues franciliennes. Les autorités se défendent de se livrer à de telle pratique. Toujours est-il que ces populations sans-abri sont envoyées en régions, où rien n'a été prévu pour encaisser cette arrivée massive et annoncée comme provisoire. A Bordeaux, où se sont rendus des journalistes de C dans l'air, les associations voient le nombre de leurs bénéficiaires exploser, alors que les places disponibles n'ont, elles, pas augmenté. La sécurisation des zones olympiques ne va-t-elle pas devenir étouffante pour les commerçants et restaurateurs dont les établissements sont désertés ? Un "nettoyage social" est-il en cours en Ile-de-France comme le dénoncent les associations ? Les experts : - YVES THRÉARD - Éditorialiste, directeur adjoint de la rédaction - « Le Figaro » - PIERRE RONDEAU - Économiste du sport - Codirecteur de l’Observatoire du sport - Fondation Jean Jaurès - AUDREY GOUTARD - Grand reporter - France Télévisions - Spécialiste des faits de société - SANDRA HOIBIAN - Directrice générale du CRÉDOC

    Tue, 23 Jul 2024 - 1h 06min
  • 3090 - Présidentielle américaine - Vos questions sms -

    🎙️ Retrouvez C dans l'air en podcast sur toutes les plateformes d'écoute : https://audmns.com/EUDBMds C dans l'air du 22 juillet - Présidentielle américaine : Biden out, l'heure de Kamala Harris ? Les experts : - Anthony BELLANGER - Éditorialiste - France Info TV et France Inter - Spécialiste des questions internationales - Marie-Cécile NAVES - Politologue, directrice de recherche - IRIS - Spécialiste des États-Unis - Laurence NARDON - Chercheure - Responsable du programme États-Unis de l’IFRI - Institut Français des Relations Internationales - Loïc de la MORNAIS - Grand reporter – France Télévisions - Ancien correspondant à Washington - En Skype (en direct des États-Unis) : Sonia DRIDI - Correspondante aux États-Unis - Auteure de « Joe Biden, le pari de l’Amérique anti-Trump »

    Mon, 22 Jul 2024 - 07min
Weitere Folgen anzeigen