Podcasts by Category

Choses à Savoir

Choses à Savoir

Choses à Savoir

Développez votre culture générale.


Hébergé par Acast. Visitez acast.com/privacy pour plus d'informations.

3153 - Quelle est la différence entre alcoolisme et dipsomanie ?
0:00 / 0:00
1x
  • 3153 - Quelle est la différence entre alcoolisme et dipsomanie ?

    La consommation d'alcool des Français reste encore préoccupante et représente un véritable enjeu de santé publique. Si l'on considère les pays de l'OCDE, la France se classe en effet, dans ce domaine, au 6e rang sur 34. 


    Et la consommation d'alcool, pour les plus de 15 ans, approche les 12 litres par an et par habitant. Notre pays comporte donc son lot de consommateurs abusifs.


    Mais il ne faut cependant pas confondre les alcooliques et les personnes atteintes d'un autre trouble associé à la consommation d'alcool, la dipsomanie.


    En effet, l'alcoolisme est un comportement addictif. Il se caractérise donc par une consommation d'alcool très régulière. Une personne souffrant de cette addiction ne peut donc plus s'en passer.


    La dipsomanie est considérée comme un trouble psychiatrique. Les personnes qui en souffrent sont prises, par intermittence, d'une envie irrépressible de boire de l'alcool.


    Durant un temps plus ou moins long, le patient est pris par ce besoin compulsif de consommer de l'alcool. Puis la crise s'apaise et la personne ne boit plus, ou modérément.


    Par ailleurs, la consommation d'alcool prend un caractère brutal, le patient étant pris d'une véritable obsession, qui le pousse à s'enivrer le plus rapidement possible. Une attitude qui peut conduire à des comas éthyliques. 


    Il semble que certains facteurs, à commencer par l'hérédité, puissent prédisposer certaines personnes à souffrir de dipsomanie. Le risque d'être atteint de ce trouble sera aussi plus grand pour des personnes oisives ou exposées de bonne heure à un stress important.


    Même si elle est épisodique, cette consommation massive d'alcool peut entraîner de graves dommages pour la santé. De fait, les patients concernés peuvent souffrir de problèmes hépatiques, comme la cirrhose du foie.


    La santé mentale du patient est également mise en péril. Ce trouble compulsif favorise en effet l'isolement social et peut conduire à de graves accès de dépression. Conscients de leur problème, les personnes concernées en éprouvent souvent de la honte et une vive culpabilité.


    Certains médicaments et des psychothérapies adaptées peuvent, sur le long terme, atténuer certaines manifestations de la dipsomanie. 



    Hébergé par Acast. Visitez acast.com/privacy pour plus d'informations.

    Thu, 23 May 2024 - 1min
  • 3152 - Pourquoi l’indice pH a-t-il été inventé ?

    Je réponds de façon claire et directe à cette question en deux minutes !


    Hébergé par Acast. Visitez acast.com/privacy pour plus d'informations.

    Thu, 23 May 2024 - 1min
  • 3151 - Pourquoi le fast-food est-il une invention très ancienne ?

    Un "fast-food", comme son nom l'indique, est un endroit où l'on peut manger sur place, ou emporter, des repas rapidement servis. Cette restauration rapide est associée aux États-Unis et à de célèbres enseignes, comme McDonald's.


    Mais ces restaurants sont beaucoup plus anciens qu'on ne le croit généralement. En effet, ils existaient déjà dans l'Antiquité. Les archéologues ont mis au jour de nombreux vestiges de ce que les Romains appelaient des "thermopolia" (qui s'écrit "thermopolium" au singulier).


    L'étymologie de ce mot, tiré du latin "thermos", qui signifie "chaud", et du verbe latin "poleo", qui veut dire vendre, nous renseigne sur l'activité de ces établissements. En effet, ils vendaient à leurs clients des "repas chauds".


    Seulement ces repas n'étaient pas servis à table, mais pris sur un grand comptoir, en forme de L. Accompagnés d'une boisson, du vin ou une tisane, ils étaient rapidement consommés. Il s'agissait en somme de l'équivalent antique du casse-croûte ou de l'encas modernes.


    Les consommateurs avaient pourtant le choix. En effet, les archéologues ont retrouvé les traces d'aliments divers, qu'il s'agisse d'olives, de poissons ou de la viande de porc ou de chèvre. Plusieurs chantiers de fouilles, ainsi que la découverte d'intéressantes fresques, ont ainsi livré de précieuses trouvailles. On a même pu retrouver le prix du vin et la composition des menus.


    Les "thermopolia" étaient très nombreux à Rome, mais aussi à Pompéi, qui, d'après les spécialistes, devait en compter au moins 80. Ils étaient surtout fréquentés par une clientèle populaire, qui pouvait manger dans ces tavernes aux prix modestes. On peut voir certains de ces tarifs sur une inscription découverte à Pompéi.


    Ces endroits, où des gens peu recommandables venaient parfois s'asseoir au comptoir, avaient d'ailleurs mauvaise réputation et furent fermés à plusieurs reprises par les autorités. Le commerce des plats cuisinés, et de l'eau chaude qui les accompagnait souvent, fut parfois interdite par la même occasion.


    Certains de ces lieux étaient pourtant moins décriés, notamment parce qu'ils servaient des plats de meilleure qualité.




    Hébergé par Acast. Visitez acast.com/privacy pour plus d'informations.

    Wed, 22 May 2024 - 1min
  • 3150 - Charlemagne a-t-il vraiment inventé l’école ?

    Je réponds de façon claire et directe à cette question en deux minutes !


    Hébergé par Acast. Visitez acast.com/privacy pour plus d'informations.

    Wed, 22 May 2024 - 2min
  • 3149 - Dans quel pays y a-t-il 13 mois par an ?

    Depuis l'adoption, au XVIe siècle, du calendrier grégorien, qui remplaçait le calendrier julien, nous sommes habitués à ce que l'année civile comporte 12 mois. Le calendrier utilisé dans les pays musulmans, qui repose sur les phases de la Lune, comprend un nombre de mois similaire.


    Il existe pourtant un pays où l'année se compose, non pas de 12, mais de 13 mois. Ce pays, c'est l'Éthiopie. En effet, elle a adopté le calendrier copte, utilisé par l'Église du même nom, composée de chrétiens orthodoxes.


    Or ce calendrier se distingue par une structure particulière. En effet, il se compose de 12 mois, qui ont tous 30 jours. S'y ajoutent, selon les années, 5 ou 6 jours "épagomènes", un terme tiré du grec, qui signifie "jours supplémentaires".


    Ces jours "épagomènes" sont considérés habituellement comme un treizième mois. C'est pourquoi l'année civile, en Éthiopie, est censée avoir 13 mois, et non pas 12, comme dans les autres pays.


    Dans les années normales, on ajoute 5 jours épagomènes. S'il s'agit d'une année bissextile, on en ajoute un sixième, qui correspond au 29 août du calendrier julien.


    La structure particulière du calendrier copte explique également certains décalages de dates. Ainsi, en Éthiopie, le jour de l'An correspond, selon les années, au 11 ou au 12 septembre du calendrier grégorien.


    Toutes ces différences sont liées à un calcul différent de la naissance du Christ, à partir de laquelle sont comptées les années de notre ère.


    En fait, les Éthiopiens ne partent pas de la naissance de Jésus, mais de son Incarnation, qui représente, pour les chrétiens, le moment où le Christ a pris une apparence humaine.


    Or, au Ve siècle, cette Incarnation a été fixée au 25 mars de l'an 9 de l'ère chrétienne, la première année civile devant débuter le 29 août de l'an 8 (selon le calendrier julien). Ce qui provoque, selon le moment de l'année considéré, un décalage de 7 ou 8 ans avec l'ère chrétienne.



    Hébergé par Acast. Visitez acast.com/privacy pour plus d'informations.

    Tue, 21 May 2024 - 1min
Show More Episodes