Podcasts by Category

Géopolitique

Géopolitique

RFI

Géopolitique parcourt les grandes régions du monde auxquelles sont associés des enjeux majeurs. Marie-France Chatin invite au débat chercheurs et experts, afin que soient expliqués et mis en lumière les différents mécanismes qui régissent les rapports entre les sociétés et leur environnement. Les invités de Géopolitique confrontent leurs regards sur un sujet d’actualité internationale. Une émission présentée par Marie-France Chatin. Réalisation et technique : Nathalie Laporte. Avec la collaboration de Cécile Lavolot. *** Diffusions le samedi et le dimanche à 18h40 TU vers toutes cibles.

309 - Quelles politiques alimentaires et agricoles pour nourrir 10 milliards de Terriens ?
0:00 / 0:00
1x
  • 309 - Quelles politiques alimentaires et agricoles pour nourrir 10 milliards de Terriens ?

    La Covid et la guerre d’Ukraine ont eu, à l’évidence, de forts impacts sur les flux et les échanges qui, en dépit de tout, continuent à progresser. Les enjeux liés à la souveraineté et à la sécurité alimentaires évoluent. Il y a les réalités géographiques, démographiques et climatiques, les déterminations commerciales, les ambitions diplomatiques.

    La réalité est là : 10 milliards de personnes peupleront la planète en 2050 et la question incontournable qui se trouve posée : comment y parvenir, avec quelles politiques alimentaires et agricoles. Faut-il renforcer les options libérales ou au contraire les options protectionnistes ?

    Nos invités sont les co-auteurs de L’Atlas des politiques agricoles et alimentaires ? Comment nourrir la planète ?, paru aux éditions du Rocher.

    Philippe Ducroquet, agroéconomiste et géographe. Ancien directeur général d’Unigrains Jean-Paul Charvet, professeur honoraire de Géographie à l’Université Paris Nanterre et membre émérite de l’Académie d’agriculture de France.
    Sun, 16 Jun 2024
  • 308 - Élections européennes : le recul de l'idéal européen ?

    Regard sur les élections européennes de dimanche dernier (9 juin 2024) au cours desquelles les Européens ont élu 720 députés européens pour les cinq prochaines années. Les grands équilibres politiques sont préservés. Le Parti Populaire européen qui regroupe la famille du centre droit reste en tête, suivi des sociaux-démocrates. La troisième place revient aux libéraux centristes. L’extrême droite progresse, mais pas au point de rebattre les cartes. La poussée à droite a été contenue au niveau européen. Elle ne constitue pas un raz-de-marée. Sauf en France.

    À l’échelle du continent, la France est l’un des pays où les extrêmes droites réalisent leur meilleur score, après la Hongrie et la Pologne et, comme en 2014 et en 2019, le centre de gravité du futur Parlement européen s’est un peu plus déplacé à droite. Une période d’incertitude s’est ouverte en France avec la dissolution de l’Assemblée Nationale. Incertitude sur le rôle que la France pourra jouer en Europe. Idem en Allemagne avec le score médiocre du chancelier Scholz. Beaucoup de chefs d’État ont été distancés à l’occasion de ces élections à l’exception de Giorgia Meloni en Italie. Qu’est-ce que cela signifie pour la place de l’Europe dans le monde ? Ces élections marquent-elles un recul ou une avancée pour l’Europe ?

    Invités :

    Jean-Dominique Giuliani, président de la Fondation Robert Schuman, dont je signale la publication récente du « Rapport Schuman sur l’Europe. L’État de l’Union 2024 ». Christian Lequesne, professeur de Science politique à Sciences Po. Auteur de nombreux ouvrages. Le dernier « Le diplomate et les Français de l’étranger » aux Presses de Sciences Po.  Pierre Haroche, maître de conférences à l’Université Queen Mary de Londres et chercheur associé à l’Institut Jacques Delors. « Dans la forge du monde. Comment le choc des puissances façonne l’Europe » éditions Fayard.
    Sat, 15 Jun 2024
  • 307 - Inde : une victoire sans éclat pour Narendra Modi

    Une victoire sans éclat pour Narendra Modi….c’est ainsi que l’on peut décrire la situation au terme des élections générales qui se sont déroulées sur plusieurs semaines en Inde et viennent de se terminer. Près d’un milliard d’électeurs étaient appelés aux urnes. Le BJP, le puissant parti du Premier Ministre qui est aussi la plus grande formation politique au monde avec 180 millions de membres, est certes arrivé en tête du scrutin mais pour la première fois depuis dix ans celui qui gouvernait sans partage, n’obtient pas à lui seul, la majorité. Il lui manque 32 sièges pour cela. Il lui en fallait 272. Il n’en a que 240.

    Usure du pouvoir, campagne sans élan, échec personnel pour Narendra Modi ? Le premier ministre indien n’en remporte pas moins sa 3è victoire. Reste que les questions liées à l’emploi et à l’inflation n’ont pas suffisamment été ses priorités alors qu’elles l’étaient de l’opposition. Le chômage n’a jamais été aussi haut depuis les années 1970 en Inde et le secteur manufacturier est faible. Le pouvoir autoritaire de Modi va-t-il pouvoir continuer à s’exercer ?

    Invités :

    Christophe Jaffrelot, directeur de recherche au CERI de Sciences Po et au CNRS, professeur au  King’s College de Londres Jean-Luc Racine, directeur de recherche émérite au CNRS et Chercheur senior à Asia Centre. 
    Sun, 09 Jun 2024
  • 306 - Élections européennes : les défis qu'imposent les nouvelles réalités géopolitiques

    L’invasion de l’Ukraine a été au premier plan un choc pour l’Union européenne qui sent bien que c’est son avenir même qui est désormais en cause. Les projets d’élargissement annoncent une révolution géopolitique qui bouleversera profondément le projet politique. Se pose la question des moyens financiers et des engagements à tenir, notamment en matière de sécurité voire de défense. Le destin de l’Union européenne doit être repensé. La stabilisation du continent est en jeu.

    Les équilibres géopolitiques internes en pleine évolution avec le poids nouveau des pays du centre et de l’est de l’Europe. Les exigences financières des transitions énergétiques et technologiques sont là. La fatigue européenne des États-Unis plus perceptible se conjugue avec une certaine impuissance du collectif européen. Et l’Otan plus que jamais au cœur de la défense commune. Faut-il un nouveau partenariat entre l’Alliance et l’UE ? Un retour de Trump peut-il conduire à une entente Moscou/Washington ? La défense sera-t-elle le principal défi de la prochaine Commission européenne ?

    Invités :

    Nicole Gnesotto, vice-présidente de l’Institut Jacques Delors. Professeure émérite du CNAM Georgina Wright, directrice adjointe des Études Internationales de l’Institut Montaigne Jean-Dominique Giuliani, président de la Fondation Robert Schuman. « Rapport Schuman sur l’Europe. L’état de l’Union 2024 ».
    Sat, 08 Jun 2024
  • 305 - Élections européennes : enfin un désir d'Europe ?

    Du 6 au 9 juin 2024, se tiennent les 10è élections européennes. Un scrutin auquel sont appelés 427 millions d’électeurs répartis sur les 27 États membres de l’UE, qui vise à l’élection de 720 eurodéputés pour siéger au Parlement européen. Ce rendez-vous électoral s’inscrit dans un contexte pour le moins particulier pour l’Europe marqué par le retour de la guerre sur le continent, la nécessité de sortir de la dépendance aux énergies fossiles russes, le soutien financier, humanitaire et militaire à l’Ukraine, les nouvelles stratégies de régulation du commerce, du marché numérique et de l’intelligence artificielle.

    Les défis sont connus et nombreux : des dissensions intra-communautaires à la crise de compétitivité en passant par la transition énergétique affaiblie, les risques géopolitiques et technologiques, la politique migratoire sujet de clivage et de contestation. L’Europe à 27 n’est pas une Europe unie, divisée entre repli national et renforcement de l’unité politique de l’UE. Les nouveaux venus de l’UE, anciens membres du Pacte de Varsovie ont une attitude bien plus méfiante à l’égard de la Russie, des réfugiés ou de l’islam que les autres pays membres. Par ailleurs, tous les pays de l’UE n’ont pas une ambition ou les moyens d’une ambition internationale alors que se pose plus que jamais la question du poids de l’Europe, de sa puissance et de ses capacités géopolitiques. L’Europe, c’est 7% de la population mondiale, 18% du PIB mondial et 50% des dépenses sociales mondiales et malgré son ralentissement économique, elle demeure fortement attractive. Quels sont les enjeux pour la nouvelle mandature qui s’annonce ? Quelles seraient les conséquences d’un renforcement des formations politiques les plus radicales et les plus hostiles au projet européen alors que le besoin d’unité est plus que jamais nécessaire ? Un désir d’Europe se fait-il enfin sentir ?

    Invités :

    Nicole Gnesotto, vice-présidente de l’Institut Jacques Delors, professeure émérite du CNAM. «L'Europe : changer ou périr», éd. Tallandier Georgina Wright, directrice adjointe des Études Internationales de l’Institut Montaigne Jean Dominique Giuliani, président de la Fondation Robert Schuman.  « Rapport Schuman sur l’Europe. L’État de l’Union 2024 » éd. Fondation Robert Schuman.
    Sun, 02 Jun 2024
Show More Episodes